Tourisme Charlevoix

< Retour à l'accueil
30 juin 2020Tourisme Charlevoix

Promenade des Capitaines, Saint-Joseph-de-la-Rive

Capitaines et goélettes : une amitié soudée

À Saint-Joseph-de-la-Rive, vous pouvez fouler le sol qui a jadis servi à mettre à l’eau plus de 140 géants de bois. Le plus important chantier naval de la région est d’ailleurs raconté au Musée maritime de Charlevoix, voisin de la promenade des Capitaines. Les goélettes constituent des figures importantes de l’histoire de la région. Elles semblent d’ailleurs indissociables de leurs vaillants capitaines et c’est cette histoire d’amour pas comme les autres que vous découvrirez en vous baladant au sein du charmant village.

Sur ces chantiers rudimentaires, la construction était généralement réalisée par les hommes, les mêmes qui allaient être à la barre des goélettes. C’est d’ailleurs une histoire fascinante que celle du capitaine Éloi Perron de l’Isle-aux-Coudres et d’un certain bateau…

Si nous mentionnons la M.P Émélie, probablement que ça n’éveille pas tellement de souvenir en vous. Si nous vous disons que cette voiture d’eau a été plus tard rebaptisée L’Accalmie, peut-être que vous commencez à ressentir quelque chose de familier. Si nous ajoutons qu’il s’agit du bateau iconique qui a habité les rives de Baie-Saint-Paul pendant des dizaines d’années et jusqu’à tout récemment, il est fort possible que vous reconnaissiez aisément le vaisseau rouge et blanc.

© Tourisme Charlevoix, Bertrand Lemeunier

Le navire a vu le jour en partie grâce aux mains habiles d’Éloi Perron, un insulaire d’une famille de navigateurs. C’est en 1957 que la célèbre goélette est lancée à l’eau pour la première fois, avec pour capitaine nul autre que l’un de ses artisans. Après 15 ans de valeureux services, la voiture d’eau quitte son fleuve adoré pour s’échouer dans la rivière du Gouffre, à Baie-Saint-Paul. Après avoir abrité un atelier d’artiste, été déplacée plus loin dans la baie et été victime d’un incendie sournois, L’Accalmie se trouve en fin de vie plus de soixante ans après sa construction.

Le 15 février 2018, le capitaine Éloi Perron s’éteint. Toute sa vie, il demeure particulièrement attaché à sa M.P Émélie, à qui il rend visite chaque année. M pour son fils Michel, P pour son père Polycarpe et Émélie en l’honneur de sa mère. Pendant les funérailles de ce grand homme, un phénomène pour le moins émouvant se produit. L’Accalmie est emportée par la marée et disparait à son tour. Comme si elle avait voulu suivre son fondateur jusqu’à la fin, comme si elle avait voulu confirmer la présence d’une histoire d’amour exceptionnelle, digne d’un film à la fin tragique, mais ô combien magnifique.

© Éloi Perron, courtoisie de la famille Perron

Sources:

  • Musée maritime de Charlevoix
  • Le Soleil
  • Escale nautique
  • Radio-Canada

Partager ce billet

< Voir tous les articles
Réservation en ligne