Tourisme Charlevoix

< Retour à l'accueil
18 mai 2021Simon Jodoin

Savourer le paysage, entre fleuve et montagnes

Toutes les occasions sont bonnes pour aller se promener sur les routes et les rangs de Charlevoix, que ce soit pour un court périple, une halte de quelques jours ou d’un séjour plus long. Il faut dire que la région est idéalement située au carrefour de nombreuses destinations et que ses paysages, où la beauté du fleuve se marie à la splendeur des montagnes, ont quelque chose d’unique au Québec.

C’est d’ailleurs le premier conseil qu’on voudrait donner à tous ceux qui partent en voyage sur les routes de la province : passez donc par Charlevoix ! Si vous n’avez jamais parcouru la route 381, qui relie Baie-Saint-Paul à Saguenay, ou la 170, qui fait le lien entre Saint-Siméon et Petit-Saguenay, c’est à mettre sur votre liste de routes à découvrir. Aussi, la traversée du fleuve à elle seule vous procurera un sentiment d’évasion. Et voilà, nous ne sommes pas encore partis qu’on est déjà en route !

En provenance de Québec, dès que vous monterez la grande côte de Saint-Tite-des-Caps, vous vous sentirez habité par un sentiment de hauteur. Quelques kilomètres plus loin, à la hauteur du Massif de Charlevoix, votre aventure commence. Votre mission ? Emprunter aussi souvent que possible les chemins qui descendent vers la côte, comme à Petite-Rivière-Saint-François, par exemple, un joli village qu’on pourrait qualifier de porte d’entrée régionale. Roulez lentement et doucement, toujours. Un peu plus loin sur la 138, c’est la vertigineuse descente vers Baie-Saint-Paul qui vous en mettra plein la vue.

Récit-routier-CHARLEVOIX-Credit-Louis-Laliberte-Baie-Saint-Paul(1) Photo : Baie-Saint-Paul, Louis Laliberté

La ville de Baie-Saint-Paul, le véritable pôle culturel de la région, est une destination en soi. Avec ses multiples galeries d’art, restaurants et boutiques, son musée d’art contemporain – qui, lors du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul prend une envergure mondiale – et un festival de musique aussi couru que Le Festif!, le tout en harmonie parfaite avec le fleuve et la nature, vous risquez de vous y arrêter pour un bon moment.

C’est entre Baie-Saint-Paul et La Malbaie qu’on trouve les grands crus routiers de la région. La réputation de la panoramique 362, dite Route du Fleuve, qui louvoie entre la côte, les champs et les montagnes, n’est plus à faire, et on a beau y retourner souvent, on reste époustouflé par les paysages auxquels elle donne accès. Elle garde toutefois encore bien des secrets et pour les découvrir, on vous conseille de vous lever à l’aurore, alors que le fleuve est encore gorgé de brume, pour voir le soleil se lever. À ces heures, on aime tout particulièrement rouler sur cette route en partant de La Malbaie, surtout dans le coin de Saint-Irénée. La lumière qui caresse les terres et les montagnes donne, à cet endroit, tout un spectacle.

Photo : Miellerie du cratère de Charlevoix, Simon Jodoin
Photo : Route du Fleuve, Simon Jodoin

En passant par-là, ne manquez pas d’emprunter la route vers Saint-Joseph-de-la-Rive, qui donne le sentiment de plonger dans le fleuve, avec, au loin, l’Isle-aux-Coudres qui semble lovée douillettement dans un lit de brouillard. Et puisque vous y êtes, montez à bord du traversier qui vous permettra de vous rendre sur l’île. Elle mérite aussi qu’on y passe une bonne partie de la journée et les lève-tôt auront la chance d’aller croquer les croissants qui sortent du four de la Boulangerie Bouchard, une institution dans la région. Si vous y allez, procurez-vous ces fameux « pâtés croches », la spécialité de la maison. Vous trouverez sur place tout ce qu’il faut pour faire un pique-nique insulaire. Prenez aussi le temps d’aller visiter Les Moulins de l’Isle-aux-Coudres, un économusée de la meunerie, où acheter l’une des meilleures farines de sarrasin du Québec. En savourant vos galettes, de retour à la maison, vous vous sentirez encore en voyage.

Photo : L'Isle-aux-Coudres, Simon Jodoin
Photo : Boulangerie Bouchard, Simon Jodoin

Si la route 362 vole un peu la vedette, dans le coin, ne négligez pas pour autant de faire une balade sur la non moins panoramique, et beaucoup moins fréquentée, Route des Montagnes. Pour la trouver, rendez-vous à Saint-Urbain et empruntez le rang Saint-Jean-Baptiste, vers Notre-Dame-des-Monts. Là, lorsque l’horizon s’ouvre devant vous pour laisser la place aux montagnes de l’arrière-pays, au moment où le soleil du tournant de l’après-midi frappe chaleureusement les terres agricoles, le spectacle est réellement émouvant.

Photo : Simon Jodoin
Photo : Route des Montagnes, Simon Jodoin

Il faut ici marquer une pause pour penser à manger un peu. On vous a mis en appétit, avec nos trouvailles de l’Isle-aux-Coudres, mais il faut savoir que Charlevoix peut se vanter d’avoir un circuit gourmand parmi les mieux organisés de la province. Avant de partir à l’aventure, documentez-vous sur la Route des Saveurs de Charlevoix, qui met en vedette le terroir et le savoir-faire des paysans et des artisans du coin. Vraiment, c’est du sérieux, et ce qu’on peut goûter à parcourir ces paysages vaut la peine que vous fassiez de la place dans votre coffre de voiture à une glacière et à quelques paniers, les compagnons essentiels du voyageur charlevoisien. Vous devriez même songer à organiser votre itinéraire pour concocter votre repas du soir.

Les délicieux produits du canard, magrets, cretons et cassoulets, de La Ferme Basque de Charlevoix, par exemple, vous donneront une bonne raison d’aller vous promener dans le coin de Saint-Urbain. En descendant vers Saint-Joseph-de-la-Rive, faites un arrêt à la ferme maraîchère Les Jardins du Centre pour garnir votre panier de légumes. En roulant sur la route 362, pensez à faire un arrêt à la très bucolique Miellerie du cratère de Charlevoix. À Baie-Saint-Paul, pensez à ramasser une baguette de la boulangerie À chacun son pain. À Clermont, c’est le gin Menaud, conçu uniquement avec des ingrédients locaux, qu’il faut aller chercher à la distillerie du même nom. À partir de là, vous pouvez pousser un peu la route dans les hautes terres pour rendre visite à Champignons Charlevoix. Vous devez impérativement goûter à leurs pleurotes marinés dans le vinaigre de cidre de la Cidrerie des Vergers Pedneault, de l’Isle-aux-Coudres aromatisés à la lavande bio Azulée de Baie-Saint-Paul. Aussi, en prenant la route en direction de Saint-Siméon, c’est à la fromagerie St-Fidèle que vous trouverez le fromage en grains emblématique de la région.

Recit-routier-CHARLEVOIX-Credit-Simon-Jodoin-02072020-032 Photo : Menaud, Simon Jodoin

On pourrait écrire un livre sur les bonnes choses de la table qu’on trouve en parcourant les routes de Charlevoix et ce qui est remarquable, c’est que chaque trouvaille vous mène vers une autre. Ici plus qu’ailleurs, chaque aliment est une invitation à aller voir un peu plus loin. C’est à l’image de ce coin de pays, où il ne faut jamais hésiter à faire un détour, dès que l’occasion se présente. D’ailleurs, vous aurez avantage à ne pas être trop pressé, car on vous conseille d’emprunter tous les chemins menant vers la côte où chaque petit hameau, comme Port-au-Persil et Cap-aux-Oies, permet de découvrir des paysages que la route principale ne laisse pas toujours soupçonner.

_YRA6899 Photo : Port-au-Persil, André-Olivier Lyra

À vous faufiler ainsi entre le fleuve et les montagnes, vous reviendrez sans aucun doute de votre périple avec un carnet de route bien garni et pas mal de victuailles à savourer, comme autant de savoureux souvenirs de vacances. C’est d’ailleurs là une des spécialités de la région, ce petit goût de « revenez-y », qui fait en sorte qu’une fois qu’on y a goûté, on y retourne avec la curieuse impression qu’on n’en fera jamais complètement le tour.


D’AUTRES ARRÊTS SUR VOTRE ROUTE DANS CHARLEVOIX
Proposés par Tourisme Charlevoix

 

Photo : Gabriel Gakwaya

Le Massif de Charlevoix1350, rue Principale, Petite-Rivière-Saint-François

C’est cette année que le Massif de Charlevoix lance officiellement sa toute première saison estivale. Un large éventail d’activités est offert sur place, tout y est pour satisfaire les amateurs de plein air. Sur le site il sera possible de combiner vélo de montagne, randonnée pédestre, balade en télécabine et aventure en canyoning. L’offre de restauration a été bonifiée et tout y est pour profiter pleinement des vacances en étant hébergé directement à la base ou au sommet de la montagne.

Fumoir St-Antoine983, boulevard Monseigneur-de-Laval, Baie-Saint-Paul

En chemin, un arrêt s’impose à cette poissonnerie qui est unique dans la région. Au Fumoir St-Antoine, le saumon ainsi que la truite sont fumés artisanalement comme le veut la méthode amérindienne traditionnelle, sur planchettes de bois. Les fins connaisseurs sont ravis de découvrir sa texture et son goût distinctif. Une délicieuse déclinaison de produits frais et surgelés est disponible à la poissonnerie; saumon et truite fumés tranchés, en pavés ou en filets auxquels s’ajoutent mousses, rillettes et autres produits du terroir.

Photo : Papeterie Saint-Gilles

Papeterie Saint-Gilles, Économusée® du papier304, rue Félix-Antoine-Savard, Saint-Joseph-de-la-Rive

Fondée en 1965 par Monseigneur Félix-Antoine Savard, cette papeterie artisanale devient le premier économusée au monde en 1988. En huit étapes de confection dévoilées au public, les artisans de la Papeterie Saint-Gilles fabriquent un papier de coton fin et incrusté de feuilles ou de fleurs de la région. La boutique de la Papeterie Saint-Gilles propose de nombreuses sérigraphies, gravures, reproductions et œuvres d’art.

Centre Vélo-Coudres2926, chemin des Coudriers, Isle-aux-Coudres

Le centre de location Vélo-Coudres possède le plus grand choix de bicyclettes en Amérique. Offrant des vélos urbains, en tandems, en quadricycles et en fonction hybrides ou électriques, il y a de la place pour toute la famille. C’est en pédalant allègrement sur un parcours de 23 kilomètres que l’on découvre cette petite merveille qu’est l’Isle-aux-Coudres. Ce charmant bout de terre, au cœur du Saint-Laurent, offre un panorama exceptionnel qui mérite d’être exploré au rythme des coups de pédales.

 

Observatoire de l’Astroblème de Charlevoix595, Côte Bellevue, La Malbaie

Il y a plus de 400 millions d’années, l’arrivée d’une imposante météorite a sculpté la région de Charlevoix. En plus de laisser place à un relief bien particulier, à un énorme cratère et à d’impressionnantes montagnes, cette même météorite a doté la région d’une énergie particulière.

Partager ce billet

< Voir tous les articles
Réservation en ligne