« Depuis 17 ans, j’ai le bonheur d’enseigner les sciences dans Charlevoix. Je ne sais pas si c’était écrit dans le ciel, mais j’y dirige des observatoires qui marquent bien mon amour pour Charlevoix et son immense terrain de jeux de la Terre jusqu’au ciel.

Vivre ainsi dans l’immensité — au cœur d’un cratère météoritique — nous rappelle chaque jour notre vulnérabilité et aide à prendre conscience de faire partie d’un univers beaucoup plus grand que soi. Qu’on y observe Saturne (particulièrement bien positionnée cet été), les énormes cratères à la surface de la Lune ou encore la chute des Perséides, en août, les ciels de Charlevoix ont la particularité de profiter de très peu d’éclairage nuisible.

J’ai aussi les pieds sur Terre. J’adore l’escalade et la randonnée. Avec deux parcs nationaux, je suis servi. Dans la ZEC des Martres, voisine du Parc national des Grands-Jardins, les sentiers de La Traversée de Charlevoix arrivent en tête de palmarès pour les randos en famille jusqu’au sommet du Mont du Dôme, d’où on profite d’une superbe vue sur la Vallée du Parc. Avec des amis en forme, il m’arrive de pousser jusqu’au Mont du Four. Les journées de plein soleil, on file en kayak dans le secteur de la Baie-des-Rochers pour profiter de l’air marin et du souffle des baleines, si on est chanceux. Ça me rapproche un peu de mon Saguenay natal!

Le plein air, ça ouvre l’appétit. J’adore fréquenter le Café de la Gare, pour l’atmosphère, la variété du menu et pour profiter de la terrasse couverte, quand les astres ne sont pas favorables ».