Charlevoix est une région touristique naturelle et authentique qui s’étend du village de Petite-Rivière-Saint-François jusqu’à l’embouchure du Saguenay, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent. La région doit d’ailleurs son nom au Père jésuite François-Xavier de Charlevoix, le premier historien de la Nouvelle-France. Le territoire, qui se trouve à être le plus petit à connotation touristique au Québec, compte 13 municipalités, réparties dans 6 secteurs, dont quatre d’entre elles font partie de l’Association des plus beaux villages du Québec. Saint-Siméon (Port-au-Persil), Saint-Irénée, Les Éboulements et La Malbaie (Cap-à-l’Aigle) témoignent donc de l’incroyable beauté des paysages charlevoisiens.

Parmi les secteurs de Charlevoix, on retrouve l’Isle-aux-Coudres, qui est seulement accessible par traversier, via Les Éboulements (Saint-Joseph-de-la-Rive). Cette île, qui doit son nom à l’abondance de coudriers (maintenant nommés noisetiers), trône sur le fleuve Saint-Laurent et vibre d’une énergie particulière au milieu marin.

Devenant rapidement un lieu de villégiature prisé lors de l’époque des bateaux blancs, Charlevoix témoigne d’une longue tradition touristique. En effet, dès les années 1800, les habitants de La Malbaie accueillent les excursionnistes venus profiter de l’hospitalité de la région, du soleil et de l’eau salée du fleuve. Ayant lui-même une résidence estivale dans la région, Howard Taft, qui à l’époque allait devenir président des États-Unis, disait lui-même que l’air de La Malbaie (Murray Bay) « enivrait comme du champagne, mais sans les maux de tête du lendemain ».

UNE TERRE DE PLEIN AIR

Offrant des paysages et des points de vue époustouflants, la région de Charlevoix doit son relief particulier à l’impact d’une météorite tombée il y a 400 millions d’années, qui a formé un cratère d’un diamètre de 54 km dont la remontée centrale est le mont des Éboulements. Les diverses glaciations ont ensuite modelé la région, laissant de nombreuses traces témoignant de leurs passages.

Située entre le fleuve et les montagnes, Charlevoix est une réserve de la biosphère où l’on retrouve une faune et une flore diversifiées. On y retrouve d’ailleurs trois parcs nationaux, témoignant de la richesse naturelle du territoire. Les montagnes de l’arrière-pays font partie de la chaîne des Laurentides, une formation géologique très ancienne, qui peuvent être observées en parcourant la Route des Montagnes. Les forêts du secteur, quant à elles, offrent des territoires giboyeux fréquentés depuis le début des années 1900 par les amateurs de chasse et de pêche ainsi que par les amoureux de plein air en général. Le fleuve Saint-Laurent borde la côte est de la région et offre des paysages à couper le souffle, que l’on peut apprécier à partir de la Route du Fleuve, l’une des plus belles en Amérique du Nord. À cet endroit, ses eaux y sont saumâtres et le phénomène de marées y est bien présent. La rencontre entre le fleuve Saint-Laurent et le fjord du Saguenay crée des conditions propices à l’alimentation des mammifères marins; on peut ainsi y observer de nombreuses espèces de baleines, ainsi que des phoques et des oiseaux marins.

Que ce soit lors des chaudes journées d’été, quand les arbres se parent de vibrantes couleurs en automne ou lorsqu’un tapis blanc recouvre le sol en hiver, la région a une panoplie d’activités à offrir en toutes saisons.

LA FORCE DU TERROIR

La scène de Charlevoix est caractérisée par une créativité gastronomique qui ne date pas d’hier. Prenant place sur un territoire accidenté où la culture n’y est pas évidente, on y retrouve de petites productions originales. Producteurs, artisans et chefs s’allient afin de mettre les richesses de la région de l’avant. C’est sur la Route des Saveurs que l’on peut goûter l’authenticité de ces produits, véritable signature des grandes tables régionales. Les chefs profitent d’un terrain de jeu authentique, grâce à la proximité et de l’originalité de tous ces produits. On y retrouvera donc des menus composés à l’aide des ressources des producteurs locaux, au grand bonheur des amateurs de bonne chère. Reconnue pour ses produits du terroir, Charlevoix est un incontournable pour les amoureux de la gastronomie.

LA DIVERSITÉ CULTURELLE

C’est certainement dû à son relief particulier, présentant le fleuve au bord des montagnes et à son ensoleillement digne de la boréalie que Charlevoix est autant prisée par les artistes de tous domaines. Ce sont les peintres qui, au 20e siècle, ont commencé à rendre hommage à ces panoramas grandioses. C’est d’ailleurs à Baie-Saint-Paul que Clarence Gagnon répète les visites, parfois accompagné d’autres artistes, afin de créer plusieurs de ses toiles témoignant des reliefs de Charlevoix. Encore de nos jours, Baie-Saint-Paul vibre de cette audace propre aux artistes, grâce à la multitude de galeries et d’ateliers qu’on y retrouve et qui témoignent de la montée de l’art populaire. La municipalité s’inscrit d’ailleurs comme la ville ayant le plus de galeries d’art per capita au Canada. La région inspire également les écrivains, compositeurs et interprètes, qui sont immédiatement charmés par l’air du fleuve. On peut donc y entendre les musiciens venus s’y ressourcer et par le fait même, y créer.