Tourisme Charlevoix

< Retour à l'accueil
29 juin 2022Ann-Édith Daoust

Quand l’humain rencontre le design

L’histoire de l’entreprise Repère Boréal est touchante. Elle raconte la famille, l’engagement et l’essence d’une communauté forte autour d’un projet ambitieux. Celui de construire des habitations écotouristiques uniques et originales.

Le projet débute avec un rêve porté par le père de Jonathan et Simon Galarneau. Le rêve de devenir entrepreneur et de construire une entreprise familiale. Œuvrant dans le domaine de la gestion de bâtiments dans la région de Charlevoix et sur la Côte-Nord au sein d’une grosse compagnie, il n’a pas eu le temps de le réaliser. Il a été emporté trop tôt par la maladie, juste avant de prendre sa retraite. Les frères Galarneau ont choisi de poursuivre la volonté de leur père en créant des microchalets en pleine nature.

L’objectif est de se servir de la nature comme repère, dans un confort digne des grands hôtels, en mettant en valeur les produits locaux de la région. Chaque bâtiment porte un nom en innu qui rappelle le passage des autochtones dans l’histoire régionale et le clin d’œil important à une communauté inspirante de par ses valeurs holistiques. Le respect de la nature est intrinsèque à la démarche des propriétaires de Repère Boréal. Chaque habitation a été dessinée par l’équipe et a été construite avec des matériaux recyclés, remis à neuf. Sur le terrain, on retrouve les habitations, les blocs sanitaires pour les prêts-à-camper et une zone spa qui inclut des bains chauds, un sauna baril et une douche froide extérieure. Ce qui devait être un terrain de camping à la base est devenu un hôtel extérieur mariant design, détente et nature.

Les frères Galarneau viennent de remporter le grand prix national du Défi OSEntreprendre dans le volet Faire affaire ensemble dont l’objectif est de faire rayonner des modèles diversifiés d’entreprises qui se démarquent par leurs pratiques d’approvisionnement auprès de fournisseurs québécois. Ils intègrent totalement l’achat auprès de fournisseurs d’ici à leur vision d’entreprise et ainsi deviennent de fiers ambassadeurs de ce volet. Très engagés dans leur communauté, Simon et Jonathan souhaitent développer leur projet de façon organique en créant des maillages avec la communauté et en respectant le territoire où ils ont choisi de travailler, d’y vivre.

Photo : Jonathan Galarneau, Drowster
Photo : Simon Galarneau, Drowster

Être un Uhu et dormir à 10 mètres dans les airs

Lorsqu’on arrive sur le site du Repère Boréal et qu’on aperçoit le UHU qui signifie hibou en langue innue, on se sent happé par la force d’un design unique et d’une nature enveloppante. En montant dans l’escalier colimaçon, ça sent le bois et on entend le chant des oiseaux. Arrivé en haut, il faut traverser une passerelle pour accéder à la microhabitation.

L’architecture a été conçue pour se marier aux arbres, à la vue sur le fleuve Saint-Laurent, à la beauté d’une nature riche et apaisante. Perché à 10 mètres dans les airs, il a de quoi impressionner. C’est beau, c’est doux, c’est calme.

Lorsqu’on entre dans le UHU, on se sent comme dans un cocon. Tout a été réfléchi pour que l’expérience soit confortable et fonctionnelle, tout en étant dans un lieu poétiquement beau. Sur place, on retrouve un lit, une cuisine avec accessoires pour faire à manger, un coin toilette qui rappelle l’intérieur d’un bateau et une douche vitrée qui offre une vue imprenable sur le fleuve Saint-Laurent. Sur la table se trouve le livre Solstice du photographe animalier Jean-Simon Bégin. Une chaise de remonte-pente de ski avec un petit foyer et du bois à proximité est aménagée au pied du bâtiment.

Séjourner dans le UHU, c’est se permettre des moments de silence, de réflexion, de création et de détente. Un moment pour prendre soin de soi. Un moment pour retrouver nos repères dans cet univers boréal d’exception.

Photo : Ann-Édith Daoust
Photo : Ann-Édith Daoust

Partager ce billet

< Voir tous les articles
Réservez