Tourisme Charlevoix

< Retour à l'accueil
24 septembre 2021Tourisme Charlevoix

La faune de la forêt boréale

Cet article fait partie d’une série de textes où Clément Roy, photographe nature au talent bien reconnu, nous présente les beautés sauvages de Charlevoix capturées à travers sa lentille.

Photo : Clément Roy

Hermine

La couleur du pelage de l’hermine change selon les saisons; en été son corps est brun tandis qu’en hiver elle devient toute blanche. L’hermine se nourrit principalement de petits mammifères tels les souris, les musaraignes, les campagnols, les tamias rayés, les grenouilles, les oiseaux, etc. L’hermine, de la famille des mustélidés, est un prédateur hyperactif qui bondit d’une parcelle de couvert à l’autre, inspectant tous les trous et terriers susceptibles d’abriter une proie.

Photo : Clément Roy

Porc-épic d’Amérique

Le corps du porc-épic est recouvert de plus de 30 000 épines, qui tiennent la plupart de ses ennemis à distance et qui font de lui un bon nageur puisqu’elles sont remplies d’air. Contrairement à la croyance populaire, il ne « lance » pas ses épines, celles-ci se détachent facilement au simple contact avec un prédateur. Le porc-épic, de la famille des éréthizontidés, raffole de l’écorce interne des arbres et de différentes plantes.

Photo : Clément Roy

Renard roux

On reconnait le renard roux grâce à sa fourrure de couleur orangée et à sa longue queue touffue. D’ailleurs, celle-ci l’aide à se protéger du froid, car lorsqu’il se couche, il se met en boule pour conserver sa chaleur et utilise sa queue comme une couverture, avant de s’y enfouir le museau. Ce mammifère carnivore, de la famille des canidés, est parmi les plus répandus au Canada.

Photo : Clément Roy

Rat musqué

Le rat musqué, de la famille des cricétidés, s’apparente drôlement à un mulot de grande taille s’étant adapté à la vie aquatique. Le rat musqué peut demeurer submergé pendant une quinzaine de minutes. Il est capable de trouver à manger sous plus d’un mètre de glace et de neige, dans une eau glaciale et une obscurité quasi totale. Ses incisives, disposées devant ses bajoues et ses lèvres, lui permettent de ronger des tiges et des racines situées sous l’eau; il raffole particulièrement des quenouilles.

Photo : Clément Roy

Écureuil roux

L’écureuil roux, de la famille des sciuridés, se nourrit principalement de cônes de conifères, de glands, de graines, de noisettes, de bourgeons, de fleurs et de champignons. Il est territorial et n’hésite pas à pousser un cri d’alarme caractéristique pour se manifester. Puisqu’il n’hiberne pas, il passe la majeure partie de son été et de son automne à faire des provisions afin de pouvoir se nourrir tout l’hiver. Il entasse donc ses réserves dans un très grand nombre de cachettes dont il doit se souvenir. Bien évidemment, il est rare qu’il retrouve l’intégralité de ses cachettes…

Photo : Clément Roy

Cerf de Virginie

Cet élégant cervidé est le plus répandu de tous les gros mammifères de l’Amérique du Nord. Il se nourrit principalement de feuillage et parfois de fougères, de champignons ou de bleuets puis il passe de longues heures à ruminer, couché dans les taillis. Sa queue blanche lui permet de communiquer, par exemple, il la relève lorsqu’il est aux aguets ou qu’il court. Le mâle dispose d’un panache qui commence à croître dès avril jusqu’en août. En septembre, le velours qui recouvre les bois tombe puis le panache se perd généralement entre les mois de décembre et février.

Sources

  • Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs
  • Parcs Canada
  • Fédération canadienne de la faune

Partager ce billet

< Voir tous les articles
Réservation en ligne